la prière

1925

Les règles de la prière

  • 1. La prière de celui qui est assis
  • 2. L’intention
  • 3. La lecture de la Fatiha
  • 4. Dire : Aamiine
  • 5. Les pauses silencieuses de l’imam
  • 6. Lire à voix haute dans la prière surérogatoire
  • 7. Lever les mains
  • 8. Attraper une unité de prière
  • 9. La sérénité
  • 10. Le mouvement de la langue
  • 11. La façon de faire le soujoud
  • 12. Le signe du doigt

  • 1. La prière de celui qui est assis

    A. La prière surérogatoire:

    le prieur peut prier assis dans les prières surérogatoires. En revanche, il n’obtiendra ainsi que la moitié de la récompense de celui qui l’accomplie debout, car le Prophète, Paix et Salutations d’Allah sur lui a dit: “S’il prie debout, alors cela est mieux, et celui qui prie assis aura la moitié de la récompense de celui qui prie debout, et celui qui prie en position allongée, aura la moitié de la récompense de celui qui prie assis” [ Rapporté par Al Boukhari].

    Et s’il prie assis, à cause d’une excuse valable, alors il obtiendra une pleine récompense. Le Prophète, Paix et Salutations d’Allah a dit: “Si l’un d’entre vous tombe malade, ou est en voyage, alors il aura la même récompense que ce qu’il faisait comme actes lorsqu’il était résident et en bonne santé” [ Rapporté par Al Boukhari].

    B. Dans la prière obligatoire:

    la prière assise n’est pas valable si l’individu peut l’accomplir debout.

    2. L’intention

    Parmi les règles de la prière

    1- Il ne faut pas mettre fin à son intention pendant la prière, sinon cela l’interromprait et il faudrait la recommencer du début.

    2- Celui qui commence une pierre surérogatoire ne peut pas changer son intention pendant celle-ci pour en faire une prière obligatoire.

    3- Celui qui débute une prière obligatoire seul, puis voit un groupe arriver, peut alors changer son intention en passant d’une prière obligatoire à une surérogatoire. Il termine alors ses deux unités ou ce qu’il lui en reste puis va prier avec le groupe.

    3. La lecture de la Fatiha

    La lecture de la Fatiha est obligatoire pour tout prieur, même s’il est dirigé par un imam et que la prière se fait à voix haute. En effet, Obaadata Bin al Saamit, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit: “Nous étions derrière le Messager d’Allah, Paix et Salutations d’Allah sur lui, durant la prière du Fajr. Il se mit alors a réciter … et quand il eut fini, le Prophète, Paix et Salutations d’Allah sur lui, dit: “Peut-être bien que vous lisiez derrière votre imam ? “ Nous répondîmes alors: “Oui, c’est bien cela, Ô Messager d’Allah”. Il dit: “Ne faites pas cela, sauf pour la Fatiha, car il n’y a pas de prière pour celui qui ne la récite pas” [ Rapporté par Abou Daoud].

    4. Dire : Aamiine

    Le fait de dire aamiine est un acte recommandé pour chaque prieur, qu’il s’agisse de l’imam, d’un prieur derrière lui, ou d’un prieur seul, que ce soit dans une prière obligatoire ou surérogatoire, que la prière soit à voix haute ou à voix basse. Il doit le prononcer à voix basse dans la prière se faisant à voix basse, et à voix haute dans celle se faisant à voix haute.

    La preuve se trouve dans la parole du Prophète, Paix et Salutations d’Allah sur lui: “Si l’imam dit Aamiine, alors dites Aamiine, car quiconque le prononce en même temps que les anges, alors il lui sera pardonné tout ce qu’il a commis comme péchés auparavant” [ Rapporté par Al Boukhari].

    5. Les pauses silencieuses de l’imam

    1- Le silence à observer entre le takbir et la lecture, pour faire l’invocation de l’ouverture.

    2- Le silence présent entre la Fatiha et la sourate récitée après celle-ci, et durant lequel le prieur lit la Fatiha pour lui même.

    3- Le silence après la fin de la lecture des sourates, avant l’inclinaison.

    6. Lire à voix haute dans la prière surérogatoire

    Si un prieur a manqué sa prière et souhaite la rattraper, doit-il la lire à voix basse ou haute ?

    Ceci dépend de la prière et non du temps où l’on rattrape celle-ci. Ainsi, s’il rattrape une prière à voix haute, il l’accomplira à voix haute.

    Il est préférable pour le prieur de lire durant les prières surérogatoires à voix basse, sauf pour celles où il y a une preuve indiquant que leur accomplissement peut se faire à voix haute, comme les prières du tarawih ou bien la prière de l’éclipse.

    7. Lever les mains

    Elles sont levées durant les moments suivants:

    1- Le takbir de la sacralisation.

    2- Le takbir de l’inclinaison

    3- Le retour de l’inclinaison

    4- Se relever après le premier tachahhoud

    8. Attraper une unité de prière

    Celui qui rejoint l’imam durant ou avant l’inclinaison a alors attrapé l’unité de prière en question dans sa globalité. En effet, le Prophète, Paix et Salutations d’Allah sur lui a dit: “Celui qui attrape une inclinaison [avec l’imam] a alors attrapé l’unité de prière” [ Rapporté par Abou Daoud].

    9. La sérénité

    Être serein dans tous les piliers de la prière est en soi un pilier de celle-ci, qui s’il n’est pas respecté l’annule.

    En effet, il a été rapporté qu’Abou Hourayrah, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit que le Messager d’Allah, paix et salut sur lui, se trouvait à la mosquée lorsqu’un homme entra, puis y accomplie sa prière. Après cela, il salua le Messager d’Allah, paix et salut sur lui. Celui-ci lui rendit son salut et lui dit: «Va recommencer ta prière, car vraiment tu n’a pas prié. » L’homme retourna alors accomplir sa prière comme il l’avait fait la première fois, puis revint saluer de nouveau le Messager d’Allah, Paix et Salut d’Allah sur lui, qui lui redit: « Va recommencer ta prière, car vraiment tu n’a pas prié.” L’homme retourna alors accomplir la prière comme il l’avait fait la première fois, puis revint saluer de nouveau le Messager d’Allah, Paix et salutations d’Allah sur lui qui lui redit: « Va recommencer ta prière, car vraiment tu n’as pas prié». Cette scène se reproduisit donc trois fois. L’homme fini par dire: « Par Celui qui t’a envoyé avec la Vérité, je ne sais pas faire mieux que cela. Aussi, enseigne-moi [ce que je dois faire]. » Le Messager d’Allah répondit: « Quand tu te lèves pour accomplir la prière, prononce d’abord le takbir, puis récite ensuite ce que tu connais du Coran, puis incline-toi tranquillement, relève-toi et reste debout bien d’aplomb. Puis, prosterne-toi tranquillement. Enfin, redresse-toi et reste assis bien d’aplomb. Agis de même pendant toute ta prière. » [ Rapporté par Al Boukhari]

    10. Le mouvement de la langue

    Il ne suffit pas, lors de la lecture du Coran, dans les takbirs et dans les invocations, de lire avec le cœur. Il faut plutôt prononcer tout ceci correctement en bougeant sa langue et ses lèvres.

    11. La façon de faire le soujoud

    Le soujoud doit se faire sur sept parties. En effet, le Prophète, Paix et Salutations d’Allah sur lui a dit: “Lorsque l’un d’entre vous se prosterne, sept extrémités [de son corps] se prosternent avec lui: son visage [constitué du front et du nez], ses deux mains, ses deux genoux et ses deux pieds” [ Authentifié par Al Boukhari et Mouslim].

    12. Le signe du doigt

    Il est préférable de tendre l’index durant le tachahhoud, comme cela a été rapporté dans le hadith de Waail Bin Houjr, qu’Allah soit satisfait de lui: “Ensuite, il a levé son doigt et je l’ai vu le remuer, en invoquant avec celui-ci” [ Rapporté par An Nasaaiy].